Programme

 

Pendant tout le festival: Exposition de Thaïs Zaki et Elsa Rakoto

 

Vendredi 1 juillet

 

Soirée d’ouverture

La Parole Errante

Les inscriptions aux ateliers et formations s’effectueront lors de cette soirée d’ouverture

Ouverture des portes : 18h

 

19h – 21h

– Performance artistique de danse de lua-KRIS –
 
Discussion d’ouverture
 
- Let our People go: la guerre en Ukraine et l’organisation féministe noire pour les étudiant.e.s noir.e.s. –
Koiki Tokundo – Fondatrice de Black women for Black lives (U.K)

Tokunbo Koiki est née à Londres et a grandi dans l’atmosphère animée de Lagos, Nigeria. Cette expérience a façonné ses goûts culinaires et son amour de la cuisine et de la culture nigériane. En février 2022, Tokunbo a créé une campagne sur le site de Go Fund Me pour soutenir les personnes noir.e.s fuyant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Cette action a permis de créer le mouvement Black Women for Black Lives, une association de bénévoles qui a récolté plus de 350 000 euros et aidé plus de 2000 personnes. Si l’histoire de Tokunbo est unique, Tokunbo elle-même croit en l’idée que chacun.e a sa propre histoire à raconter. Dans son podcast, les Tokunbo Chronicles, elle réalise des entretiens fascinants pour éduquer, divertir et autonomiser son public.

 

 

21h – 23h

Show Case
Dj set de Sound Pretas (Portugal) –

Les éléments principaux de Sound Pretas sont la fête, la musique, la danse et s’amuser, mais il s’agit aussi de résistance et de visibilité.

 

 

Samedi 2 juillet

 

10h – 12h

Ateliers et Formations

CICP

 

bOOK CLUB ET atelier d’ecriture :
– autour de la parabole du semeur d’Octavia butler –
Par kiyemis

Book club et atelier d’écriture autour de l’œuvre d’Octavia Butler.

Kiyémis est une autrice et poétesse afroféministe.

_______


– AfroTrans : Pour des historiographies trans afrocentrées –
 par Cases Rebelles


Atelier autour de l’ouvrage AfroTrans : Pour des historiographies trans afrocentrées. 
Partage de perspectives historiques afrotrans et discussion sur les enjeux contemporains d’approches afrocentrées des transidentités noires.


Cases Rebelles est un collectif politique noir anti-autoritaire né en France en 2009 qui lutte contre toutes les formes d’oppression dans une perspective afrocentrée dite panafrorévolutionnaire. Le collectif réalise depuis un podcast mensuel, des interviews, des critiques et des articles sur les cultures et les luttes des peuples noirs à travers le monde. Cases Rebelles a écrit plusieurs livres ( 100 portraits contre l’état policier, Le Feu qui craque) réalisé un documentaire « Dire à Lamine », traduit l’autobiographie d’Assata Shakur et a lancé en 2020 sa maison d’édition : AfroTrans, un ouvrage regroupant les textes de 14 personnes trans noires, est leur première publication.

_______

– Afroféminisme 101 –
par Fania NoËl

 L’objectif de cet atelier est de poser les bases de l’Afroféminisme en contexte français, revenant sur la généalogie, les concepts clés et objectifs politiques.


Née en Haïti, Fania est une activiste, penseuse et écrivaine francaise féministe noire. En 2022, elle a publié son deuxieme livre: Et maintenant le pouvoir. Un horizon politique afroféministe (Editions Cambourakis). Fania Noël est en doctorat de sociologie à la New School for Social Research, son domaine de recherche étant les études africaines, le féminisme noir et les études du capitalisme. Depuis 2015, elle est la cofondatrice et directrice éditoriale de la revue politique sur l’intersectionnalité Besieged. Anciennement membre du collectif Mwasi en charge de la formation et de l’idéologie politique, elle rejoint en 2021 le conseil de direction de Black Feminist Future. Elle est la créatrice et directrice de la publication Alaso, une anthologie féministe haitienne éditée par l’organisation féministe haitienne Neges Mawon.

_______

– Black future : sortir des carcans de la blanchité pour construire un avenir afrorévolutionnaire –
par Collectif Susu 

L’idée est d’animer un atelier lors duquel nous aborderons la façon dont nous puisons dans nos pratiques traditionnelles pour se défaire des injonctions militantes contraintes par la blanchité qui nous permettent de définir notre agenda, notre timing, nos conditions et nos formes de lutte.       


 Le collectif Susu (Belgique) a vu le jour en 2020, dans la foulée de la crise covid et de tout ce que ça a impliqué pour les personnes afros autour de nous (perte de revenus, perte de travail au noir, aides sociales limitées, suppression des aides sociales sans motifs valables, perte de logement…). En écoutant, les témoignages similaires, nous avons voulu créer un réseau d’entraide communautaire partant du principe qu’ensemble via la transmission des informations, via la mise en commun des ressources, nous serions plus à même de faire face aux violences subies individuellement.

_______


– Réimaginer la ville / Construire le sujet noir –
workshop by Margarida Waco et Alice Grandoit-Sutka

 Pour cette édition du festival Nyansapo, les participant.e.s sont invité.e.s à prendre part à une discussion collective sur l’urbanisme noir diasporique, ‘l’intertextualité’ et la mémoire collective. La conversation sera suivie d’un exercice de cartographie créative pour construire des vocabulaires solidaires avec des fragments de textes et de sons. En partant du livre Dear Science and Other Stories de Katherine McKittrick sorti en 2021, cette session explore le fait de vivre dans un contexte de violence coloniale et de négrophobie.


Née en Angola, Margarida Waco est une architecte vivant actuellement à Stockholm en Suède. En partant de ses expériences de l’Angola au Congo en passant par la France et le Danemark, son travail réunit recherche, publication, design et conversation. Sa pratique de recherche consiste à enquêter sur les outils spatiaux de guerre et les paysages militarisés en Angola, dans une perspective d’architecture et en rapport avec la question de la mémoire. Elle est actuellement dans la direction éditoriale de The Funambulist, après avoir été en charge du rayonnement stratégique.


Alice Grandoit-Šutka est une designeuse, éditrice et organisatrice culturelle avec un parcours en recherche. Ces 15 dernières années, Alice a développé une pratique à la fois expérimentale, référentielle et relationnelle, à l’intersection du monde des arts, du travail communautaire, de l’éducation et de l’urbanisme. Elle est la cofondatrice et la directrice éditoriale de Deem Journal, une publication bi-annuelle qui explore le design comme une pratique sociale.

_______

– Une fenetre sur les feminismes Noirs au DanemarK –
par Diaspora of Critical Nomads

Cette formation se concentrera sur un historique des féminismes Noirs au Danemark, revenant sur la généalogie et la construction des luttes.

L’organisation Diaspora of Critical Nomads (DCN) a été établie pour créer une communauté parmi les Noir·e·s du Danemark. Elle a pour objectif de démanteler les structures coloniales et anti-noires et de créer simultanément un mouvement panafricain mondial. Dans ses activités actuelles, iels fournissent un espace sûr pour les Noir·e·s et abordent le racisme. Iels s’appuient sur des connaissances critiques à travers le prisme de la décolonisation et s’engagent en dialogue avec d´autres communautés. L’organisation a été fondée par deux femmes Noires musulmanes.

_______

– Pratiques et mouvements non linéraires : l’afrofuturisme, le corps, le temps et l’espace –
Atelier par Melissa Rodrigues

Dans cet atelier nous utiliserons diverses références afrofuturistes (artistiques, intellectuelles, esthétiques) pour spéculer ensemble sur l’impossible, et pour nous réapproprier des technologies de nos sagesses ancestrales pour construire le futur.

Melissa est né au Cap-Vert et vit a Lisbonne et Porto au Portugal. Militante antiraciste, féministe noire, éducatrice a l’art, artiste visuelle et de performance, elle fait partie de UNA, União Negra das Artes,une association pour les artistes Noir.e.s au Portugal.

 

12h30 – 17h 

 

Marche Comité Adama 

Beaumont sur Oise

 

Départ en bus affrété par Mwasi, depuis le CICP

Inscription le soir de l’ouverture

 

14h- 16h30

 

Ateliers et Formations

Zoom


Conversation avec Alexis Pauline Gumbs


Alexis Pauline Gumbs est une fauteuse de trouble noire et queer, une porteuse de parole de l’amour Black feminist et se veut être la cousine de tous êtres conscients. Son travail cherche à ouvrir la pratique de l’amour ancestral infini et inarrêtable. Sa poésie entre en résonance avec les questionnements de communautés chères à son cœur, offrant de l’espace a des groupes en deuil et en mouvement. Le livre co-édité par Alexis, Revolutionary Mothering: Love on the Front Lines (PM Press, 2016) a transformé les conversations sur le maternage, la parentalité et la transformation queer. Contrairement à de nombreux travaux académiques, son triptyque d’écriture expérimentale (Spill: Scenes of Black Feminist Fugitivity en 2016, M Archive: After the End of the World  en 2018 et Dub: Finding Ceremony,en 2020) a inspiré des artistes de toutes disciplines pour créer des chorégraphies, des installations, des peintures, des processions, des pratiques divinatoires, opéras, tapisseries etc. Alexis est la fondatrice de Brilliance Remastered, un réseau de retraites et formations digitales pour artistes et intellectuels, dans l’esprit de l’essai d’Audre Lorde « Les outils du maître ne détruiront jamais la maison du maître », où elle ajoute que « cette affirmation ne menace que ceux qui pensent à la maison du maître comme leur unique source de soutien ». Dans des retraites sur la pratique intellectuelle responsable en lien avec les ancêtres, des formations en ligne sur des thèmes aussi variés que la colère comme ressource ou la solidarité intellectuelle transnationale, Alexis et ses collaborateurs.trices de Brilliance Remastered ont créé une communauté de penseurs.euses et artistes utilisant des ressources communautaires bien souvent ignorées par les institutions.

 

 

Plénière

 

La Parole Errante

 

18h00-19h00

 

– Spectacle pour enfants : Chanter nos victoires –
par Ana Laura Nascimento

 

19h00- 20h00

 

Discussion 
– Comprendre les liens entre techno-capitalisme et écocide –
avec Peggy Pierrot

Peggy Pierrot vit et travaille à Bruxelles. Elle travaille principalement avec différentes associations et structures pédagogiques ou de recherche. Ses outils favoris sont les sciences humaines et les logiciels libres. Comme il existe des « liens profonds entre le geste et la parole, entre la pensée exprimable et l’activité créatrice de la main », elle travaille actuellement, à l’Ecole de Recherche Graphique (ERG) à la fois en tant que préposée technique et logistique et enseignante en Théorie des médias et de la communication. Elle intervient également au sein du master Récits et expérimentation – Narration spéculative. Elle donne des conférences et ateliers sur les cultures et littératures afro-atlantiques, la science-fiction, les médias et technologies et a une pratique active de la radio.

 

 

20h00

 

– Lecture théâtrale: « La Débrouillardise pimpante » –
 de Sharone Omankoy
avec Kaïnana Ramadani et Lauryne Lopes
mise en scène Azani V. Ebengou, compagnie les Pleureuses de feu

« À chaque rupture sentimentale, mon rituel est toujours le même. Comme pour panser les plaies d’une histoire brûlante, j’ai pris l’habitude d’exorciser la tristesse en écoutant du blues, de la cold wave, du disco, du zouk et bien sûr une bonne dose de rap sale.” Qui n’a jamais eu le cœur brisé ?

Sharone Omankoy, co-fondatrice et ex-membre de Mwasi, yaya congolaise et hétérodissidente autoproclamée, nous parle du sien dans cet essai vibrant, issu du recueil Nos Amours radicales (2021). Des comédiennes nous racontent au théâtre sa recherche d’amour, de bonheur et d’équilibre.

 

 

Dimanche 3 Juillet

 


11h – 13h 


Ateliers


CICP

_______


Kemetic Yoga  
par Aby 


Après la  présentation l’historique du kemetic yoga, il y aura la présentation des enjeux communautaires et intercommunautaires auxquels le yoga peut répondre ou accompagner.Pour commencer nous échangeons afin de définir vos besoins et vos envies. La séance de Kemetic yoga se constitue d’un enchaînement de mouvements combinés à une respiration en pleine conscience et se termine par une séance de relaxation. J’ai des petits matériels pour adapter les postures (briques et sangles) selon les capacités.

Aby s’est formée auprès du fondateur du Kemetic Yoga , Baba Yirser Ra Hotep et elle a fondé le collectif marseillais « Kemetic yoga Marseille » afin de diffuser les connaissances autour du yoga africain ».  Après plusieurs années de pratique de yoga au quotidien, elle commence à  se former pour transmettre sa passion. Dès  2019 elle a commencé sa formation en yoga avec le kemetic yoga. Avec le hatha yoga j’ai repris les fondamentaux : philosophie, anatomie, posture et alignement et ayurveda.

 

 

13h30- 15h30 

 


Ateliers et Formations


CICP

_______


– Position Afroféministe contre la prision –
 Commission Police/Justice de Mwasi 


Cet atelier analysera en quoi la police, la justice et la prison sont des outils de contrôle des populations noires, au travers d’une approche féministe, antiraciste et anticapitaliste.


Commission police, prison, justice de Mwasi : Mwasi se positionne comme anticarcéral, c’est-à-dire pour l’abolition des prisons sous toutes leurs formes y compris donc des centres de rétention administratifs. Nous condamnons également fermement toutes les violences policières.   Conscient·e·s cependant que la police, la justice et la prison n’ont pas encore d’alternatives pérenne, nous soutenons dans leur démarches toutes les personnes Noires ayant été victimes de violences ou d’abus, y compris si ces démarches passent par le système judiciaire et carcéral. La commission justice a pour but d’organiser l’implication du collectif autour de ces thématiques en accord avec les objectifs annuels. Cela peut prendre la forme de rédaction de supports de sensibilisation, d’organisation d’ateliers, de participation à des festivals, d’organisation de manifestations mais également de formation interne.

_______

– Futurité haïtienne –
par Shanna Jean-Baptiste 

Dans cet atelier, nous allons explorer la prospective noire ancrée dans l’histoire haïtienne et la mythologie vodou. Nous situerons notre discussion dans des articulations plus larges de la prospective noire dans le monde francophone et le monde anglophone.

Shanna Jean-Baptiste est actuellement professeure adjointe au département de français de l’université Rutgers. Elle a obtenu un doctorat en études françaises et afro-américaines à l’université de Yale en 2020. Ses domaines de recherche et d’enseignement comprennent les littératures francophones d’Afrique de l’Ouest et des Caraïbes, en particulier la littérature haïtienne ; la formation de l’identité et la politique du genre ; l’art visuel et la musique ; et l’esthétique afrofuturiste dans le monde francophone. Elle travaille actuellement sur deux livres : le premier retrace l’histoire littéraire de l’appartenance et de la non-appartenance nationale, ainsi que la généalogie des discours anticoloniaux et anti-impériaux dans la littérature et l’histoire haïtiennes du XIXe siècle ; le second étudie les articulations de la prospective et de l’afrofuturisme dans le monde francophone.

_______

– Une fenêtre sur les féminismes Noirs au Portugal –
par Femafro  

(en Portuguais avec traduction en français) Cette formation se concentrera sur un historique des féminismes Noirs au Portugal, revenant sur la généalogie et la construction des luttes.


Femafro – Associação de Mulheres Negras, Africanas e Afrodescendentes em Portugal est un collectif afroféministe portugais qui vise à combattre le racisme et toutes les formes d’oppression. Nous utilisons le féminisme Noir comme un outil politique pour combattre le racisme, le colonialisme, le capitalisme et le patriarcat. Ces dernières années, nous avons été impliquées  dans différentes formes d’actions, notamment  des manifestations,  dans diverses luttes concernant les violences policières ou l’égalité des genres.

_______

– Construire des mobilisations féministes contre la Françafrique –

 par le Collectif Jama 

 Atelier participatif à partir de perspectives féministes: discours, images, oeuvres d’art

Le Collectif Jama  est une organisation féministe sénégalaise qui vise à contribuer à la lutte contre les inégalités de genre en proposant des espaces créatifs de prise de parole.

_______

– The Global Black Victory Lab –
– Construire un mouvement de solidarité féministe noir mondial –
Atelier par Matters of the Earth (UK), Blackbird (US) et Mwasi

 Après plusieurs années de travail solidaire ensemble à l’international, Matters of the Earth, Blackboard et Mwasi ont lancé le GBV Lab en 2019.Les objectifs du GBV Lab sont de mettre en relation des luttes noires locales, nationales et régionales en Europe et aux Etats-Unis, pour échanger des idées et des bonnes pratiques, construire une infrastructure commune, trouver des ressources, et consolider nos mouvements individuels et collectifs. Entre mouvements noirs de différents pays, il s’agit également dans ce projet de comprendre nos besoins mutuels dans notre climat politique actuel, pour pouvoir construire une infrastructure solidaire durable, et un cadre de référence partagé de politiques et pratiques panafricaines. Le GBV Lab a le potentiel de rassembler des mouvements de l’ensemble de la diaspora et du continent pour construire une identité noire politique mondiale, comprendre les leçons du passé et imaginer des modèles innovants pour le futur, comme l’Afrofem Tour Européen. En cette quatrième année du GBV Lab, nous vous invitons dans ce atelier pour explorer avec nous quel pourrait être le futur de la mobilisation panafricaine féministe.

 

 

Soirée de clôture

 


La Parole Errante


17h00: Ouverture des portes

 

18h00

Panel 
– Au-delà de la démocratie libérale, envisager le jour après la fin du monde –
avec : Collectif Susu (Belgique), Diaspora of Critical Nomads (Danemark), Femafro – Associação de Mulheres Negras, Africanas e Afrodescendentes (Portugal), Jama (Sénégal), Matter fo the Earth (United Kingdom), Mwasi-Collectif (France)

 

20h00

Performance théâtrale

– À nos humanités révoltées –

par Marie-Julie Chalu et Marina Monmirel
d’après le Texte de Kiyemis

À nos humanités révoltées est une performance politico-poétique créée et interprétée par Marie-Julie Chalu et Marina Monmirel d’après le recueil éponyme de la poétesse afroféministe Kiyémis.  

 

21h00


Soirée clôture  

 

La parole Errante:

 

CICP: